|

The Declaration of Workers Fraternity Party/Déclaration du Parti de la Fraternite Ouvriere

The Weather Has Changed;

The Wind Is Blowing For The Youth And The Workers!

 

The AKP government will have the “honor” of being the last maintainer government of coup d’état in 1980! The policies of privatization, plunder, pillage, selling the public fields to the supporters,  condemning the youth to unemployment and the retired to hunger, forcing the labor to become unorganized by generalizing contract labor and forcing the people into a state of beggary by making them destitute; all  of these has come to a climax. As if these were not enough this government has played first chair in the war policies of imperialism in the Middle East with its Syria policy with the desire to take its share from the oil plunder which hit the wall to the anger of the Turkish people. Tayyip who has tried to force the people of Turkey into a war saying “Either me or Esad” now has to suffer the consequences of his threat. Because the civil commotion lead by the courageous struggle of the Turkish youth has opened the way to send them to the trash can of history nearly in the whole country and first of all in Istanbul.

An end to the covered state of siege!

The AKP government has been implementing an unnamed state of siege against the people with its warmongering policy for some time now. The right to congregate and demonstrate, the right to organize, the right to strike and the right of people to information has been de facto abolished. But now the uprising led by the youth is making it possible to regain all these rights. Despite the violence and bombardment that the police has used against the Kurdish people since many years and against the demonstrators in all cities now, comparable only in the world to the cruelty of Israel army in Palestine;

– The right to congregate and demonstrate was won on the streets not in the parliament.

– The policy of reporting fabricated news or not reporting any news at all of the government supporter TV channels such as HaberTürk, CNNTürk and NTV and all TV channels of Fettullah Gülen has been ruled out and even these channels had to report the news.

Stand up for the right to strike!

With the Taksim struggle first of all the way is cleared for the battle fought by the Hava-İş Union for more than a year and the strike the union has recently started which has met with many obstacles, to win a victory. In this strike where the AKP government became a direct party to and the media of the big capital talks against every day those rising against this stage of siege and those fighting for their freedoms will of course stand by the striking workers. The struggle that started in the Taksim square will open the way for a real right to strike to be regained.

For Peace, Bread and Freedom!

Not one step can be taken back from the gains we have mentioned above. However it is absolutely necessary that the action should be continued for these gains to be protected and made permanent. Therefore we should not miss this opportunity today when the chance to build a real peace from the grassroots has emerged against the pro-war policies of the government and their fake “peace” policies towards the Kurdish people.  We can reach a real peace that we long for since so long with this grassroots mobilization. This movement will not cross the path of the Kurdish people but on the contrary will help it gain more power. The second pillar of peace is the struggle against the foreign policy of AKP. The civil commotion that burst out in Turkey which has an anti-imperialist character will affect the whole region and will give acceleration to the Egyptian and Tunisian revolutions. Subversion of the AKP government will make things difficult for the En Nahda and Muslim Brothers governments, collaborators with imperialism and will make things difficult for the Israel state and give moral support to the struggle of the Palestine people.

The demand for bread is the demand of all people but especially of the youth. The young unemployed should have the conditions to live their lives securely. The students should have a free and secular education. The women should emancipate from being the cheap labor force.

The demand for freedom is not only a demand for lifestyles but also a demand for the unlimited right to organize. Since the coup of 12th of September the society is deprived of any kind of organization. An unorganized society is a slave society. In order to pave the way to give an end to this the freedom of religion and conscience, the freedom of thought and expression should become valid as the indispensables of political democracy. All political prisoners and convicts should be released and be free! This is a must for a real political democracy to be established. Forward for a free and democratic country!

Independent Workers’ Organizations Should  Lead the Action

In our country also as in the whole world, with the corporatist policies implemented by AKP the workers’ organizations are pushed to go under the control of the government and into cooperation with the bosses. The current leadership of the Türk-İş confederation and the Hak-İş confederation are the main implementers of this policy. The labor movement should chase away these trade union officials. The wind is blowing for the people, for the youth and for the workers and this gives the grassroots labor movement this opportunity. Today is the day. No group has a monopoly on the uprising against the AKP government, to the contrary it includes very different and contradicting tendencies. The only force that has the potential to bring all these groups and these different sections of society together is the working class and its organizations. Therefore it is the Trade Union Coalition, DİSK and KESK and other democratic mass organizations that should step forward. All workers’ unions should open their doors to the demonstrators at once in the same way as in the Tunisian revolution in the subversion of the Bin Ali regime. As a first example the Türk-İş Regional Representation in Taksim should become a base of the struggle. The locations in other regions and cities should follow this example.

In all these circumstances let’s shout the slogan of “OFF WITH TAYYIP!” around the demands for PEACE, BREAD and FREEDOM. 

Workers Fraternity Party (İKP)

Le temps a tourné: le vent souffle du côté du peuple, de la jeunesse et des travailleurs!

Tayyip, qui a cherché à entraîner la Turquie dans une guerre en proclamant : “Soit moi, soit Assad”, va devoir payer les conséquences de ses menaces, parce que l’action du peuple, emmenée par  la lutte courageuse de la jeunesse et qui a commencé à Istanbul avant d’embraser le pays tout entier, a ouvert la voie qui le conduira peut-etre dans « les poubelles » de l’histoire.

Ce gouvernement, au service de l’impérialisme, des parrains locaux ou étrangers, de l’argent, des mafias depuis 11 ans, est responsable de la politique de privatisation, du dépeçage, du bradage des biens publics au profit de ses « partisans », avec comme conséquence le chômage des jeunes, la condamnation des retraités à mourir de faim et le travail à la tâche, tout en privant le peuple de ses organisations.

Mais cela touche à sa fin. Le gouvernement de l’AKP  aura peut-etre le triste « honneur » d’être le dernier gouvernement du 12 septembre112 septembre 1980,coup d’état militaire.! La politique de privatisations, de pillage, de remise de terres publiques aux « amis » du gouvernement, condamnant la jeunesse au chômage et les retraités à la faim, généralisant la précarité de l’emploi, poussant de plus en plus les gens à la misère et à la mendicité, cette politique atteint un point de rupture. Et comme si tout cela ne suffisait pas, le gouvernement a voulu tenir une place de premier rang dans la politique de guerre de l’impérialisme au Moyen-Orient par son rôle dans le conflit syrien visant à obtenir sa part du pillage  du pétrole. Mais il se heurte à la colère du peuple de Turquie.

 

Fin d’une loi martiale qui ne dit pas son nom

Le gouvernement AKP en Turquie, avec sa politique belliqueuse, applique contre le peuple une loi martiale qui ne dit pas son nom. Le droit de se réunir et de manifester, le droit de s’organiser, le droit de grève et le droit d’avoir accès aux informations ont, dans les faits, disparu. Malgré les bombardements qui ont eu lieu contre les Kurdes et qui pourraient être comparés à l’oppression de l’armée israélienne contre les Palestiniens, la révolte emmenée par la jeunesse prépare la reconquête de tous ces droits.

Grâce aux événements de Taksim, les masses apprennent que les droits de manifester et de se rassembler n’ont pas été conquis par le Parlement mais par l’action dans la rue. En effet, avec la lutte menée à Taksim, les médias comme NTV ou CNN de Turquie ou les chaines islamistes ayant joués « les trois singes » pendant les premiers jours de la révolte  sont finalement obligées de donner des informations sur l’évolution des événements.

 

En avant pour défendre le droit de grève:

 Grâce à la lutte de Taksim, la résistance isolée menée par le syndicat Hava-Is(travailleurs de l’aviation) depuis plus d’un an maintenant ouvre le chemin à la victoire de la grève qui d’ores et déjà rencontre beaucoup d’obstacles. Dans cette grève contre laquelle l’AKP est directement intervenue, ceux qui s’engagent dans le combat pour les libertés seront du côté des grévistes. La lutte qui a commencé à Taksim permettra que le vrai droit de grève l’emporte.

 

Pour la paix, le pain et la liberté!

Aucun abandon de ces droits ne peut être toléré.

 Mais pour que ces droits soient protégés et pérennisés, il faut que ce mouvement s’inscrive dans le temps. C’est pourquoi il faut que naisse la possibilité de construire une vraie paix venant de la base contre les politiques de fausse paix engagées avec le peuple kurde et contre les politiques belliqueuses menées à l’échelle du pays. Le peuple kurde qui, depuis des années, ne veut que la paix la gagnera avec ce mouvement du peuple. Ce mouvement ne coupera pas l’herbe sous le pied à la lutte du peuple kurde, au contraire, il lui donnera plus de force.

 Ensuite, lutter pour la paix, c’est lutter contre la politique éxterieur du gouvernement AKP. Le mouvement populaire avec une dimension anti-impérialiste qui embrase toute la Turquie devrait se répandre dans toute la région et devrait renforcer les 2èmes révolutions égyptienne et tunisienne. Le renversement du gouvernement AKP va rendre difficile le travail d’alliance avec l’impérialisme des gouvernements des Frères musulmans et de Ennahda. En poussant le gouvernement d’Israël dans ses retranchements, elle redonnera le moral à la lutte du peuple palestinien.

 Du pain, c’est l’exigence du peuple et en particulier de la jeunesse. Les jeunes chômeurs doivent pouvoir décider des conditions qui leur permettraient de vivre dans la sécurité. Les étudiants doivent pouvoir étudier dans un système gratuit et laïque. Les femmes doivent cesser d’être une force de travail bon marché.

 L’exigence de liberté ne concerne pas que la liberté de mode de vie, c’est également l’exigence du droit de s’organiser sans restriction aucune. Depuis le coup d’Etat du 12 septembre, la société est privée de toute organisation. Une société sans organisation est une société d’esclaves. Pour mettre fin à cette situation, les libertés de religion et de conscience doivent exister, les libertés de penser et d’expression doivent être des principes inaliénables d’une démocratie politique. Tous les prisonniers et condamnés politiques doivent tout de suite être libérés. Cette exigence doit être la base sur laquelle se construit une société de démocratie politique.

 Pour un pays libre et démocratique, en avant!

 

Les organisations des travailleurs doivent être indépendantes du capital et de l’Etat:

Grâce aux politiques corporatistes menées par AKP, les organisations des travailleurs, dans notre pays comme dans le monde entier, sont poussées à se subordonner à l’Etat, à coopérer avec les patrons.

La direction actuelle de Turk-Is, Hak-Is applique cette politique. Le mouvement ouvrier doit se débarrasser de ce type de direction. Ce changement, grâce au mouvement populaire, des jeunes, des travailleurs, peut se faire à partir de la base ouvrière. Aujourd’hui, c’est le moment.

La révolte qui a explosé contre le gouvernement de l’AKP, n’est le monopole d’aucun groupe, au contraire, il est l’expression de courants très différents et opposés les uns aux autres. La seule force qui a le potentiel de rassembler ces différentes fractions de la société, ces différents groupes, c’est la classe ouvrière et ses organisations. Il n’y a que cette force qui puisse créer une discipline interne pour empêcher les provocations. C’est pourquoi la tête du mouvement doit être constituée du Regroupement des Forces Syndicales (SGB), DİSK, KESK et autres organisations de masse démocratiques.

 Comme cela s’est passé lors de la chute du régime de Ben Ali en Tunisie, les syndicats de travailleurs doivent tout de suite ouvrir leurs portes aux manifestants. Par exemple, les locaux du Turk-Is de la Place Taksim doivent redevenir des centres de coordination de la lutte. Les autres régions doivent suivre.

 

C’est pourquoi, à côté des mots d’ordre de « Paix, Pain et Liberté », doit s’élever le cri de “Tayyip, dégage!”

PARTİ DE LA FRATERNİTE OUVRİERE (İKP)

Dipnotlar   [ + ]

1. 12 septembre 1980,coup d’état militaire.

Yoruma kapalı